Quand la fabrication additive passe du prototypage à la série

du prototypage à la série

La fabrication additive est encore vue aujourd’hui comme une technologie réservée à la production de prototypes pour les équipes d’ingénieurs. Et pourtant, cela fait quelques années déjà que l’impression 3D, sous ses multiples formes, permet de répondre à la demande des industriels et leur permettre de passer du prototypage à la série.

C’est par exemple le cas d’ALSEAMAR, basée en France, qui conçoit et fabrique des mousses de flottabilité pour les eaux très profondes, des planeurs sous-marins, des drones sous-marins et de surface, des hélices sous-marines, des antennes, des systèmes de communication radio et des équipements de positionnement acoustique.

Du prototypage à la série en milieu marin

Axis et ALSEAMAR ont collaboré notamment sur le SEAEXPLORER, un drone sous-marin autonome pour étudier les eaux jusqu’à 1000 mètres de profondeur. Le nez de l’appareil ainsi que sa queue ont été imprimés en 3D avec la technologie coulée sous vide. Le défi étant de produire des pièces étanches pouvant supporter la pression à de telles profondeurs.

Challenge réussi puisqu’ALSEAMAR commande désormais les pièces pour ses appareils en production en fonction des demandes clients. La rapidité de mise en œuvre et ses coûts attractifs font de la fabrication additive une alternative intéressante par rapport aux méthodes d’usinage traditionnelles.

Plus d’informations sur le SEAEXPLORER :

https://www.youtube.com/watch?v=L4xHD5y6DU4

Si vous aussi, vous hésitez encore à commander vos productions de séries, contactez nos experts afin de définir ensemble votre projet.